Projet Territorial de Santé Mentale du Gers, par l'Agence Régionale de Santé, Centre Hospitalier Spécialisé et Promotion Santé (2023)

Le projet territorial de santé mentale (PTSM), instauré par la loi de modernisation du système de santé en 2016, a pour but d’améliorer l’accès à des parcours de santé et de vie de qualité, sécurisés et sans rupture. Parmi les actions du PTSM, la coordination des acteurs de l’addictologie et le repositionnement de l’offre ambulatoire sont essentiels. Selon le Haut Conseil de la Santé Publique et l’OMS, une personne sur cinq souffrira d’une maladie psychique au cours de sa vie, et les addictions figurent parmi les maladies les plus préoccupantes.

De 2019 à 2022, un groupe de travail a été mobilisé spécifiquement sur les addictions pour élaborer des actions adaptées aux réalités locales, en particulier dans le département du Gers. En 2021, la Clinique Embats a ouvert un hôpital de jour offrant des places pour les personnes avec des troubles addictifs après stabilisation.

Dans le Gers, il existe deux Centres de Soins, d’Accompagnement et de Prévention en Addictologie (CSAPA) : l’Association Addictions France et le CSAPA Arthur Rimbaud, ainsi qu’un Centre d’Accueil et d’Accompagnement à la Réduction des Risques pour Usagers de Drogues (CAARUD) porté par l’association Regar. Bien que ces services soient basés à Auch, il y a une volonté d’étendre leur couverture à d’autres localités du département grâce à des CSAPA itinérants et des permanences dans d’autres villes. La Clinique Embats propose également une hospitalisation à temps partiel pour des patients adultes avec des troubles psychiatriques et des addictions.

Historiquement, les drogues ont été utilisées à des fins thérapeutiques, religieuses ou récréatives pour modifier l’état de conscience. Aujourd’hui, les addictions sont reconnues comme des pathologies cérébrales causant des changements durables dans le cerveau. Outre les substances illicites, des dépendances au tabac, à l’alcool, aux jeux de hasard, aux jeux vidéo, aux écrans et aux troubles alimentaires sont également observées et prises en charge en addictologie.

En résumé, le PTSM vise à renforcer la coordination et les ressources disponibles pour la prise en charge des addictions, en répondant aux défis spécifiques du département du Gers.

Objectif 1.1.1 du PTSM 32 : Prendre en charge précocement les troubles de santé mentale auprès des jeunes enfants et de leurs familles.

Suite à un constat national, en France, environ 12.5% des femmes enceintes ont déclaré une détresse psychologique anténatale dans le cadre de l’étude Elfe. Ces troubles psychiques périnatals incluent notamment les addictions et mésusages de l’alcool et des autres substances psychoactives. L’action est donc de mettre en place un groupe de travail en 2023 avec des équipes addictologie afin de renforcer la prévention auprès des parents.

Objectif 1.5 du PTSM 32 : Gérer sans rupture les parcours des personnes en situation de précarité avec troubles en santé mentale.

En France, l’étude SAMENTA 2009 (SAnté MENTale et Addictions chez les personnes sans logement personnel d’Ile-de-France) a permis de mettre en avant les ruptures de soins, de suivi étaient nombreuses chez les personnes en grande précarité qui cumulent souvent des problématiques addictives et psychiatrique. Les groupes de travail ont souligné la nécessité d’une meilleure articulation entre addictologie et psychiatrie, notamment pour les populations précaires cumulant des problématiques addictives et psychiatriques.

Objectif 1.7 du PTSM 32 : Améliorer le parcours des patients souffrant de troubles addictifs sur le Gers en facilitant la coordination des acteurs couvrant le champ de l’addictologie.

Pour améliorer la situation, deux objectifs opérationnels ont été définis : organiser des rencontres trimestrielles entre acteurs de l’addictologie pour coordonner le sevrage des patients et des rencontres semestrielles pour échanger sur des actions de prévention coordonnées.

Objectif 3.1.2 du PTSM 32 : Mettre en œuvre des appartements thérapeutiques pour des patients ayant des besoins de réhabilitation psychosociales.

Pour finir, l’objectif n°3.1.2 prévoit la création d’appartements thérapeutiques destinés aux patients ayant des besoins de réhabilitation psychosociale, en particulier ceux souffrant de troubles psychiques et d’addictions. L’ouverture de ces appartements spécifiques est prévue pour 2026.

 

Cette synthèse met l’accent sur les addictions, mais le PTSM est principalement axé sur la santé mentale. Vous pouvez lire le document complet ci-dessous.

Catégorie
Orientations politiques
Type
Plans
Mots-clés
PTSM
Thème
Santé mentale

Source
Centre Hospitalier du Gers - Santé mentale